Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Le blog de Marie V
  • Le blog de Marie V
  • : je suis une personne qui est super cool et qui aime la sincèrité l'amitié est avant tout pour moi une pierre précieuse qu'il faut savoir garder et en prendre soin.
  • Contact

  • Marie V

10 novembre 2010 3 10 /11 /novembre /2010 13:16

  

                 jua_8_01.gif

                                                                                                                                                       

 

                                                                          bon_20voyage.gif

           

 

                                  -imagesBlogs_free_fr--543.gif

    Illust: ÉQUATEUR-I-Convert (...), 45.3 ko, 455x375

 

         

 

 

Découverte de l'Equateur

 

 

 

Pays d'une grande diversité géographique, l'Équateur, petit pays coincé entre la Colombie et le Pérou, possède des paysages grandioses, où les volcans élevés, campés le long de deux cordillères forment l'épine dorsale du pays. Parmi eux le plus connu est le Cotopaxi qui avec ses 5.897 mètres est le volcan le plus haut du monde en activité.

Les superbes villes coloniales de Quito (la capitale) et de Cuenca, témoignent de l'ère de la colonisation espagnole.

 

Malgré son visage à caractère espagnol, Quito a d'abord été habitée par de nombreuses tribus dont les Incas, mais ceux-ci décidèrent de la détruire complètement avant l'arrivée des conquistadors. En effet les Incas livrèrent une lutte sans merci aux Espagnols et préférèrent raser leur ville au lieu de la livrer aux mains des envahisseurs.
Même si la ville de Quito fut anéantie par les Incas, son centre colonial fut cependant reconstruit avec opulence et une certaine splendeur.
Quito fut donc officiellement fondée le 6 décembre 1534.
Perchée à 2850m d'altitude, entourée de superbes volcans qui semblent la protéger, Quito est la deuxième capitale la plus haute d'Amérique du Sud après La Paz (en Bolivie).
La ville de Quito s'étire sur plus de 30km, sur une largeur d'environ 10 km et divise en deux quartiers distincts :
Le Quito moderne dresse ses hautes silhouettes regroupant de riches demeures bourgeoises très protégées, des centres commerciaux, des banques, restaurants, hôtels, bars ...
Le Quito colonial, le centre historique de la ville, abrite surtout les quartiers pauvres.

Au nord de Quito

La Mitad del Mundo (le milieu du Monde), marque l'emplacement de la ligne équinoxiale tel que calculé par Charles Marie de la Condamine vers le milieu du 18éme siècle.
Le visiteurs peuvent y vivre une expérience unique en mettant un pied dans l'hémisphère Sud et l'autre dans l'hémisphère Nord.
Le cratère du Pululahua, situé à environ 5 km de la Mitad del Mundo, impressionne par ses 8 km de diamètre.
Le site archéologique de Cochasquí, dont les origines remontent à l'an 150 de notre ère fut vraisemblablement construit par la civilisation Quitus-Cara, on y trouve 15 pyramides tronquées, dont 9 possèdent une rampe permettant d'accéder au sommet.
Situé dans la Reserva Ecológica Cayambbe-Coca, le volcan Cayambe représente un défi intéressant pour les amateurs d'andisme expérimentés.
Tous les samedis Otavalo devient un des villages les plus animés de l'Equateur grâce à son célèbre marché. Les autres jours de la semaine, les artisans, quoique moins nombreux, demeurent néammoins présents. Une succession de comptoirs aux couleurs éclatantes où sont vendus les nombreux lainages et produits textiles identifiés à Otavalo. Outre les textiles, on y trouve un choix illimité de produits d'artisanat à prix modiques tels que panamas, bijoux, poteries diverses et autres bibelots.

 

Histoire de la ville et de la région ...
C
uenca fut fondée la 12 avril 1557 sur l'ordre du vice-roi du Pérou. La vallée que les premiers habitants de la région (les indiens Cañaris) appelaient Guapondeleg, était le site d'un ancien site Inca de Tomebamba. Les Incas venus du sud, l'appelèrent Paucabamba " vallée fleurie ".
La fondation de Cuenca correspondait à la colonisation de nouveaux territoires pour une population espagnole croissante. Très tôt ; des artisans venus d'Espagne et d'Italie créèrent des écoles d'architecture, de sculpture et de peinture. Réputées jadis dans toute l'Amérique latine, elles sont à l'origine des trésors artistiques de la ville.
Les autorités espagnoles soutenaient sans relâche le développement de la ville, qui devint un évêché en 1785. Depuis, l'importance de Cuenca ne s'est jamais démentie.

Description générale ...
Capitale de la province de Azuay, avec une population de 300.000 ha, Cuenca est aujourd'hui la troisième ville du pays, avec ses trois universités, son intense activité commerciale et culturelle et la vie artistique qui la caractérise depuis toujours.

Attraits touristiques ...
Cuenca possède un charme indéfinissable. Son centre historique témoigne fastueusement des temps coloniaux.
On flâne avec plaisir dans les petites rues pavées, bordées de maisons blanches aux toits de tuiles romanes et agrémentées de jolis balcons fleuris.
Le long des berges de la rivière, au détour d'un pont, où des lavandières lavent le linge à la force des poignets. Mais ce qui rend Cuenca unique, réside dans les trésors d'art colonial qu'elle cache au cœur de ses nombreuses églises et couvents des 17 & 18e siècles.

Si la visite du sud des Andes passe obligatoirement par Cuenca. Il ne faut oublier de visiter ses alentours qui sont peuplés de pittoresques petits villages amérindiens dont Gualaceo et Sígsig ne sont que quelques exemples.

Les amateurs d'espaces verts ne manqueront, non plus, pas de visiter le magnifique Parque de recreacíon El Cajas, situé à une altitude moyenne de 3.000 m, il compte plus de 200 lacs magnifiques formés par le passage d'anciens glaciers.

Le complexe archéologique d'Ingapirca, témoin de l'occupation Inca, mérite aussi qu'on s'y attarde.

Plus au sud de Cuenca, la route panaméricaine passe par la vallée de Tarquí, lieu chargé d'histoire et riche en paysages grandioses.
Loja, ville peu fréquentée par les touristes, sans doute en raison de son éloignement, a réussi à garder son cachet d'antan. Autour de Loja gravitent de pittoresques petites bourgades telles qu'El Cisne ou Vilcabamba, qui ont un charme certain.



Une immense forêt luxuriante qui couvre la mystérieuse Amazonie et semble s'étendre à l'infini.

 

Apartir des quatre grandes villes de l'Amazonie, (du nord au sud : Lago Agrio, Coca, Tena et Macas),bien desservies par route ou par avion depuis Quito, les excursions présentées ci-dessous présentent les différents visages de l'Amazonie équatorienne : la forêt vierge et les Indiens aux modes de vie traditionnels, la forêt colonisée par les pétroliers ou encore les organisations Shuars au sud de Macas.

Depuis Lago Agrio.
Cette ville baptisée par les travailleurs américains de la Texaco est devenu le centre pétrolier le plus important d'équateur.
Mais surtout, Lago Agrio est l'entrée de la réserve naturelle de Cuyabeno. Cette réserve créée en 1979 pour protéger 650 000 hectares de forêt, dont une partie, l'igapo, est inondée, laissant alors vies animales et végétales se chevaucher de façon insolite. Elle abrite une énorme variété d'espèces végétales et animales, les plus facilement observables étant les oiseaux, les tortues, les singes, les paresseux et, parfois, les caïmans. Des communautés indiennes, les Sionas-Secoyas, les Cofanes et les Quechuas habitent dans la réserve.

Depuis Coca
Pompeya, mission capucine, possèdent un musée ethnoculturel. En face on peut visiter l'île des singes, qui y abrite une grande colonie. Un sentier à travers la forêt relie Pompeya à Limoncocha, qui possède un lac superbe où vivent plus de 400 espèces d'oiseaux, dont des toucans et des perroquets. Au sud, la réserve ethnobotanique protège les Indiens Huaorani.
Le parc national Yasuni et le plus grand d'équateur. L'Unesco qui l'a déclaré " réserve de la biosphère internationale ", n'a malheureusement pu empêcher l'installation d'une compagnie pétrolière (elf).

Depuis Tena
Tena fut fondée par les missionnaires espagnols en 1560. Devenue un centre agricole, elle est entourée de plantations de café, de bananes et de fermes d'élevage. Tout près de la ville, les fleuves Pano et Tena sont bordés de plages agréables et de piscines thermales. Ici, la colonisation a entraîné la disparition de quelques espèces animales (singes, Jaguar, porcs sauvages), mais une grande variété d'oiseaux, de fleurs et surtout de papillons y prolifèrent.
La route de Puyo à Tena traverse l'impressionnant canyon du fleuve Pastaza, où l'épaisse végétation mêle arbres géants, broméliacées et orchidées.

Depuis Macas
La Cueva de los Tayos propose aux aventureux, après plusieurs heures de canoë et quelques kilomètres de marche, l'occasion de tester leur courage. En effet, dans cette grotte prolifèrent : tarentules, scarabées de 20 cm, chauves-souris, boas constrictors, et des milliers de tayos (curieux oiseaux nocturnes).
La région de Zamora est connue depuis l'époque précolombienne pour sa richesse en or. Les centres aurifères poursuivent leur développement à l'image du village de Nambija où des centaines de mineurs risquent quotidiennement leur vie dans une atmosphère fébrile. S'y rendre peut être dangereux.



De nombreux et pittoresques petits villages amérindiens qui, perchés dans la cordillère des Andes, semblent s'être figés dans une autre époque, et où la culture et les traditions continuent de vivre grâce à ses chaleureux habitants et à ses marchés pittoresques comme, par exemple, celui d'Otavalo.

 

C'est en partie grâce à son marché qu'Otavaloest devenu l'un des hauts lieux du tourisme en Équateur. Ce marché, l'un des plus célèbres de toute l'Amérique latine attire chaque samedi davantage de touristes et d'Indiens qui cheminent bien avant l'aube, depuis des montagnes plus ou moins lointaines, vers la fameuse " place des ponchos ".
Pour profiter pleinement du marché d'Otavalo mieux vaut se lever et très tôt le matin, ainsi vous ne manquerez pas le marché aux bestiaux qui commence à cinq heures, mais surtout vous pourrez voir arriver les Indiens, les uns à dos d'âne, les autres traînant en laissent leurs petits cochons noirs.
Le marché d'Otavalo se compose de trois marchés bien distincts :
- La foire aux bestiaux qui se tient un peu à l'écart de la ville est un spectacle haut en couleurs
- Le marché aux fruits et légumesou peut goûter notamment les spécialités comme le cochon d'Inde, soupes de légumes.
Articles et les victuailles, poteries de toutes sont ici présents car ce marché est surtout celui des habitants de la région.
- Sur la place des ponchos se tient l'antique marché indien maintenant envahi par les touristes. On peut y acheter : tapis, couvertures, ponchos, pulls, sacs, Panamas, bijoux, poteries diverses et autres bibelots
Il faut savoir que cette partie du marché est dominée par une vingtaine de familles qui achètent, à très bas prix, les différents articles aux Indiens des campagnes environnantes. En s'éloignant quelque peu, il est possible de rencontrer ces Indiens qui vendent leurs produits en direct.

Les origines du délicat et minutieux travail de tisserand des Otavaleños, descendants du peuple cara, remontent bien avant la domination des Espagnols sur les Incas. Avant d'être colonisés par les Incas, les Caras s'étaient établis à Otavalo ainsi que dans les petits villages des environs, où ils confectionnaient des vêtements qu'ils échangeaient aux peuplades de l'Oriente et de la Costa. Par la suite, les Incas furent à leur tour colonisés, puis exploités par les Espagnols. Ainsi, à travers les siècles, de nombreux ateliers de tissage sont apparus, et les Amérindiens ont été contraints d'y travailler pendant près de 100 heures par semaine dans des conditions inhumaines sous la direction des Espagnols afin de subvenir aux besoins des conquistadors. Ce malheureux apprentissage aura toutefois permis aux Otavaleños de développer une technique de tissage hors du commun. En effet, au début du XXe siècle, un tisserand décida de reprendre comme motif un tweed écossais alors à la mode. Ce dernier connut un tel succès que, depuis ce temps, les produits d'Otavalo sont renommés à l'échelle mondiale.

Visiter la ville d'Otavalo est impossible le jour du marché, en raison de la grande effervescence qui y règne. En arrivant la veille du marché, vous pourrez calmement découvrir ses églises, ses places, ses rues et maisons aux toits de tuiles rouges.



Et, bien sûr, le magnifique monde insulaire des îles Galápagos, riches d'une faune et d'une flore unique.

 

 Cause de leur écosystème trop fragile, certaines îles ne peuvent être visitées. C'est le cas de Pinta, Marchena, Wolfe, Darwin et Pinzon.
Parmi les îles les plus intéressantes, vous trouverez :
Isla Santa Cruz
Il s'agit de l'île la plus peuplée de l'archipel. Sa ville principale est Puerto Ayora, où sont installés la grande majorité des hôtels, des restaurants et des boutiques de souvenirs.
Isla Espanola
Il s'agit de l'une de îles les plus intéressantes de l'archipel. Cette île abrite les plus importantes colonies d'oiseaux marins de l'archipel des Galapagos. Une curiosité à voir est le " trou souffleur ", il s'agit d'une formation rocheuse qui crée un geyser d'eau d'une hauteur pouvant atteindre jusqu'à 20m de hauteur quand la mer est forte.
L'île est inhabitée.
Isla Santa Fé
Les origines de cette petite île de 24 km² remontent à près de 4 millions d'années et en font l'une des plus vieilles îles de l'archipel. Cette île possède une belle végétation de Palo Santo et Cactus à raquettes.
Isla Santa Maria ou Floarena
Elle s'étale sur 173 km² et constitue l'une des cinq îles habitées de l'archipel (environ 70 h). Cette île est d'un grand intérêt botanique, les espèces y sont nombreuses et la végétation lui donne l'aspect d'un paradis tropical.
Isla Santiago
Quatrième plus grande île des Galápagos avec 585 km², elle possède quatre sites intéressants:
- La baie James est l'un des lieus les plus visités, des grottes marines y abritent d'importantes colonies d'otaries à fourrure.
- L'île de Bartolomé est l'une des plus spectaculaire de l'archipel. Elle est totalement dépourvue de végétation et offre un paysage lunaire totalement irréel.
- La plage de sable brun d'Espumilla se prête bien à la baignade, c'est l'une des plus belles de l'île, elle est bordée de palétuviers où se réfugient de nombreux oiseaux, échasses, flamants roses et canards.
- La baie Sullivan est d'un grand intérêt géologique. Les formations volcaniques sont très étonnantes et on peut y observer des poches de gaz prises sous de fines couches de lave.
Cette île est inhabitée.
Isla Bartolomé
C'est l'une des plus petites (1,1 km²) de l'archipel, mais aussi l'une des plus intéressantes. Au sommet du Pinnacle Rock vous pourrez contempler l'un des panoramas les plus photographiés de l'archipel.
Ensuite allez vous détendre sur la plage, ou baignez-vous avec les otaries. Des manchots, des requins-marteaux et des tortues marines peuvent parfois y être aperçus.
Isla Genovesa
Avec près de deux millions d'oiseaux sur une superficie de 14 km², île de Genovesa mérite le déplacement si l'on est un féru d'ornithologie. Parmi les espèces que l'on y trouve, il y a le fou à pattes rouges, le pétrel, la frégate, le fou masqué et parfois le fou à pattes bleues.
Isla Isabela
S'étalant sur 4.588 km² et parsemée de nombreux volcans actifs, Isla Isabela est la plus grande île de l'archipel des Galápagos , longue de 132 km sur 84 km de large.
La vue depuis le sommet du volcan Sierra Negra (1.390m) y est spectaculaire, et son cratère de 11 km de diamètre est le deuxième plus grand du monde.
Elle possède une abondante faune dont les flamants, les pingouins, les cormorans et les iguanes marins.
Isla Fernandina
Il s'agit de l'une des rares îles du monde sur laquelle aucun animal n'a jamais été introduit par l'homme, et elle a aussi la particularité de posséder le volcan le plus actif du monde.
Elle est le troisième île de l'archipel par la taille avec 642 km²
On y trouve une impressionnante concentration d'iguanes marins, d'otaries, de cormorans et de manchots. Cette île est peu visitée.

 

 

 

                      

 

  bon_20voyage.gif

 

 PARIS/ QUITO

 

Embarquement à destination de l'Equateur. Repas à bord. Arrivée et accueil à l'aéroport de Quito par nôtre guide local francophone. Transfert vers nôtre hôtel. Dîner . Nuit à l'hôtel Akros

  

 La Capitale coloniale / OTAVALO

 Petit-déjeuner. Découverte du Quito colonial. La capitale de l'Equateur, perchée à 2800 mètres, s'étend sur un axe Nord Sud bordé par des volcans. Visite du Musée de la Banque Centrale qui retrace, à travers de nombreuses illustrations et d'innombrables pièces, l'histoire du pays de l'arrivée de ses premiers habitants jusqu'à l'époque moderne. Déjeuner, route en direction de la « Mitad del Mundo » à 22km au nord de Quito qui marque l'endroit où le savant français Charles Marie de la Condamine situa la ligne équinoxiale au cours d'une mission en 1751. Visite du Musée Ethnographique qui présente la diversité des traditions ethniques de l'Equateur.

nous profitons de cet arrêt entre 2 hémisphères pour une dégustation de boisson traditionnelle du pays. Continuation vers Otavalo. Route en direction du village indien de Peguche. Dîner typique chez l'habitant suivi d'un spectacle de danses de la région. Nuit à l' Hacienda Cusin .

 

 

 OTAVALO - le marché artisanal

Petit-déjeuner matinal. Visite du marché aux bestiaux et du célèbre marché où la richesse de l'artisanat reflète la diversité culturelle de ce pays. Dès l'aube, les ruelles et les places sont envahies par les étals des marchands. Continuation sur Cotacachi "la ville du cuir". Route en direction d'une réserve privée afin d'observer les condors. Retour à Otavalo. Dîner et Nuit à l'hôtel.

 

 OTAVALO / AMAZONIE - au cœur de la forêt

 Petit-déjeuner  Route en direction de l'est vers la forêt amazonienne. Arrêt au village de Papallacta blotti dans un décor grandiose de roches et de cascades. Continuation vers Punta Ahuano. Traversée du fleuve Napo en pirogues. Arrivée au Lodge et installation. Déjeuner au Lodge. Démonstration de l'usage de la sarbacane et l'élaboration de la Chicha (boisson ancestrale des indiens). Que nous avons dégusté . Dîner et nuit au Lodge Casa del Suizo.

  

AMAZONIE - découverte à pied et en pirogue

Petit-déjeuner américain. Départ pour une découverte de la forêt amazonienne à bord de pirogues. Marche sur des sentiers à travers la forêt, Déjeuner au lodge. Visite d'un centre de réhabilitation des animaux dans leur habitat naturel (AMAZOONICO). Dîner et nuit au Lodge.

 

 AMAZONIE / BANOS - les sources volcaniques / RIOBAMBA

Petit-déjeuner Traversée du fleuve Napo en pirogues et route en direction de Puyo. Visite d'ateliers où l'on sculpte le balsa, déjeuner sur les hauteurs de Banos. Visite de la ville qui doit sa renommée aux sources d'eau chaude issues du volcan Tunguragua qui domine la ville de ses 5000m. Continuation pour Riobamba. Spectacle de danses folkloriques puis dîner et nuit à l'hôtel El Troje 

 

 

RIOBAMBA / CHIMBORAZO / LA ROUTE ANDINE / RIOBAMBA

Petit-déjeuner. Route en direction du volcan Chimborazo qui culmine à 6310m le plus haut sommet de l'Equateur. Visite de la réserve faunique du Chimborazo qui abrite des lamas, des alpagas, des vigognes. Retour vers Riobamba, fondée en 1534, la ville entièrement dévastée par un tremblement de terre en 1797 et située dans un écrin de montagnes. Déjeuner dans un restaurant local. Visite de la ville et du marché. Visite d'un atelier où l'on travaille le "Tagua" l'ivoire végétal. Dîner et nuit à l'hôtel.

   

 RIOBAMBA / NARIZ DEL DIABLO / INGAPIRCA / CUENCA

Le Train des Andes

Départ matinal vers Guamote. Petit-déjeuner à Intisisa, centre de promotion communautaire pour les ethnies indigènes de la région, pour y découvrir les projets solidaires de l'organisation. Visite du marché de Guamote. Transfert à la gare d'Alausi. Le célèbre train tramway "autoferro" effectue sa descente vers Sibambe jusqu'à la "Nariz del Diablo" le nez du diable, il traverse d'étroits tunnels, franchit des ponts tendus au dessus de profonds abîmes, gravit ou descend en zig zag des pentes vertigineuses d'Equateur, un véritable survol du pays aussi pittoresque qu'insolite. Déjeuner chez l'habitant. Route en direction d'Ingapirca. Visite du site archéologique d'Ingapirca . Cet ensemble fut édifié par les Incas sur les ruines d'un édifice du royaume Canari et servait de lieu de séjour aux souverains Incas en déplacement dans le pays. Continuation vers Cuenca. Dîner et nuit à l'hôtel Dorado Cuenca.

 

CUENCA : la ville coloniale, la fabrique du "Panama"

Petit-déjeuner. Visite de la ville coloniale et de ses marchés. Bien que située à 2600m, Cuenca jouit toute l'année d'un climat d'une douceur printanière. Déjeuner. Visite du Musée des arts populaires présentant de belles pièces d'artisanat notamment une superbe collection de masques provenant des différentes communautés indigènes d'EquateurAvons visité une fabrique des célèbres chapeaux Panama. Dîner et nuit à l'hôtel.

 

 

 CUENCA / GUAYAQUIL - Porte du Pacifique

Petit-déjeuner  Visite du Musée des Cultures Aborigènes qui illustre à travers céramiques, outils et bijoux, les différentes périodes indigènes jusqu'au XVI° siècle Continuation pour le mirador Turi d'où une sublime vue panoramique sur la cité de Cuenca mais aussi de ses majestueuses montagnes qui l'entourent. Déjeuner .Départ en direction de Guayaquil, la capitale économique du pays, qui est aussi un des principaux ports de la façade pacifique.Dîner de spécialités. Nuit à l'hôtel Grand Hotel Guayaquil

 

 

 GUAYAQUIL

Petit-déjeuner. Visite de Guayaquil. Découverte du parc du centenaire, du Parc des Iguanes, la Tour de l'Horloge, le Palais du Gouverneur, la Cathédrale, et le magnifique quartier colonial de Las Penas. Puis, retour à l'hôtel. Déjeuner et dîner. Nuit à l'hôtel.

 

 

 GUAYAQUIL / ILE DE BALTRA / SEYMOUR NORTE (vol 1h30)

Petit-déjeuner. Transfert à l'aéroport et envol à destination de Baltra. Toute l'équipe du navire Galapagos Legend nous accueilleras sur l'île de Baltra. Transfert au port pour l'embarquement à bord du M/V Galapagos Legend. Déjeuner à bord. Débarquement à sec à Seymour Norte où les voyageurs découvriront des mouettes, des lions de mer mais aussi des iguanes marins et terrestres. Ce lieu est aussi connu pour ses larges étendues de nids de fous à pattes bleues, il abrite aussi la plus grande colonie de frégates royales, différentes des grandes frégates. Dîner et nuit à bord.

 

 

ILE DE SANTA CRUZ : Colline du Dragon / ILE DE FLOREANA :

Les Flamants Roses et les Palétuviers

Petit-déjeuner. Débarquement puis promenade jusqu'à un lac salé situé derrière la plage où nous observons de nombreux flamands roses. Continuation jusqu'à la Colline du Dragon offrant une vue imprenable sur la baie. Cette colline est une zone de reproduction réservée aux iguanes terrestres réintroduits par la station scientifique Charles Darwin. Elle abrite également une importante forêt de Scalesias. Retour à bord du bateau pour le déjeuner. L'après-midi, débarquement sur la fameuse plage de sable vert de la Pointe Cormoran. Promenade le long d'un sentier bien balisé qui commence dans les palétuviers noirs et qui nous conduit à une grande lagune abritant l'une des plus grandes colonies de flamants roses des Galápagos. Cette île est aussi reconnue pour sa végétation endémique comme la fleur de la passion et le palétuvier à fleurs unique en son genre. Possibilité de pratiquer la plongée libre masque et tuba en compagnie des lions de mer. Dîner et nuit à bord.

 

 

ILE ESPANOLA : PUNTA SUAREZ / SAN CRISTOBAL

Petit-déjeuner. Déparquement à Punta Suarez, familiarisation avec les sols volcaniques tout en traversant des champs de lave inactive. Outre ses colonies de lions de mer, Punta Suarez est réputé pour l'observation des oiseaux comme le moqueur masqué, l'albatros, les fous à patte bleues, également pour son importante colonie d'iguanes marins, de lézards de laves et crabes à pattes rouges. Déjeuner à bord. L'après midi débarquement à Puerto Baquerizo Moreno pour la visite du Centre d'interprétation de San Cristobal où l'on apprend davantage sur le programme de reproduction des tortues des Galapagos. Retour à bord, dîner et nuit

 

 

 SANTA CRUZ : Pointe Carrion / BALTRA / GUAYAQUIL

Petit déjeuner à bord. Durant la matinée, possibilité de pratiquer le snorkling pour observer une variété de poissons et de raies ou d'effectuer une courte navigation depuis la Pointe Carrion à travers le canal Ifabaca célèbre pour ses eaux turquoise. Retour à bord. Déjeuner. Transfert à l'aéroport de Baltra et vol à destination de Guayaquil.

 

 

 

                                                                                143278-13.GIF

 

 

 Cuisine et Boissons en Equateur

 

Comme dans beaucoup de pays d’Amérique du Sud, on trouve d’excellents produits (légumes, poissons, céréales), mais rarement bien cuisinés et souvent gras, et une grande variété de fruits et légumes. il existe ici une douzaine de variétés de bananes. Le maïs aussi présente un nombre incroyable de variétés (et donc de goûts !). Les soupes constituent un des points forts de la cuisine équatorienne.
La population se nourrit le plus souvent de riz ou de pommes de terre, de viande et de poulet. Sur la côte, il y a aussi des crevettes, des calamars et des langostinas.

 

                                     

 

    143278-13.GIF

Quelques spécialités

- Llapingachos : omelette de pommes de terre et de fromage.
- Seco de gallina : sorte de pot-au-feu de poulet servi avec du riz. On le fait aussi avec du bœuf.
- Pollo à la brasa : poulet à la braise avec frites. Le vrai plat national !
- Empanadas de queso : beignets au fromage.
- Patacon : variété de banane grillée en rondelles, qui accompagne souvent le poisson.
- Ceviche :poisson ou crustacés marinés dans du citron. On en trouve de toutes sortes : ceviche de corvina, de langostinos, de camarones ou de concha(coquillages). Les meilleurs se dégustent sur la côte et à Quito.
- Sopas :certains restos servent d'excellentes soupes, très copieuses, qui peuvent faire un repas. C’est le point fort de la cuisine équatorienne. Une des meilleures est le locro : soupe de pommes de terre avec avocat, fromage et graines de lupin.
- Parrilladas : grillades assorties et servies sur un plat chauffant. En général très copieux, et pas si cher.
- Cuy : cochon d’Inde rôti. Un peu dur sous la dent.
- Yuca : accompagne les plats dans l’Oriente, lorsque la pomme de terre se fait rare. Sa farine est très souvent employée dans la cuisine traditionnelle. Il faut goûter les Pan des Yuca, petites boules, souvent au fromage.

 

                                                                                         143278-13.GIF

Boissons

- Bière : Pilsener ou Club (cette dernière est un peu plus forte). Très bon marché.
- Les Indiens ont leur boisson ancestrale : la chicha,sorte de bière de maïs, faiblement alcoolisée. Le maïs, fermenté, macère avec des fruits pendant 2 à 6 jours, jusqu'à 20°. La chicha de maïs se boit uniquement pendant les fêtes. Il existe aussi une chichafaite avec du manioc, que les Indigènes de l'Oriente boivent à longueur de journée. Nous l'avons goûté, honnêtement, on aurait préféré s'en passer, mais les Indiens se vexent si l'on n'accepte pas cette boisson lorsque l'on est invité chez eux. C'est très impoli. La chicha a un goût aigre, ressemble à du yaourt dilué.
- Nombreux jus de fruits excellents. Bien préciser sin agua (sans eau) et sin hielo (sans glaçon).
- Colada morada : cette boisson est servie uniquement à la Toussaint avec des petites poupées en frangipane (attention, c'est seulement pour la déco !). Mûres, myrtilles et framboises sont les ingrédients de base. Ça se sert froid. Délicieux.
- Spirito del Ecuador :la bouteille de cette liqueur du pays représente le monument de la Mitad del Mundo, Le goût très sec est celui de l'amande amère.
- Eau : Il n’existe pas d’eau minérale mais seulement de l’eau purifiée. Attention à bien analyser la bouteille, même capsulée : le plastique peut avoir été falsifié

 

 

 

                                                                                   143278-13.GIF

 

 

                                                          Illust: ÉQUATEUR-I-Convert (...), 45.3 ko, 455x375                                                                                         

 

 

                                                                                        143278-13.GIF

 

 

 

 

carte.iles.galapagos.equate.jpg

 

 

      bon_20voyage.gif

 

                 

                                                                                      143278-13.GIF

 

 

CUENCA : la ville coloniale, la fabrique du "Panama"
 Visite de la ville coloniale et de ses marchés. Bien que située à 2600m, Cuenca jouit toute l'année d'un climat d'une douceur printanière.  . Visite d'une fabrique des célèbres chapeaux Panama
.

 

Chapeau Légendaire

Depuis 1630, les Panamas sont tissés à la main en Équateur, en utilisant les fibres du palmier Palmata Carludovica appelé “Toquilla”. En 1906, Théodore Roosevelt portait un chapeau équatorien lors de sa visite aux chantiers du Canal de Panama.

 

 

p5.jpg

 

               

p2.jpg

 

 

 

37405-1.jpg

  

 

 

143278-13.GIF

 

 

  PICT1051.JPG

 

 

143278-13.GIF

 

 

  PICT0192.JPG

 

143278-13.GIF

 

 

                     Galapagos26

 

On observe deux tortues en train d’essayer de copuler. Le mâle essaye de grimper sur la femelle puis de se tourner dans le bon sens (sous les branches, ce n’est pas facile !) L’acte sexuel dure 5 heures !

 

           Galapagos45

 

            143278-13.GIF

 

 

  

            Amerique du sud 039

                                        143278-13.GIF

                                                    Amerique du sud 035

 

                                                           143278-13.GIF

 

Diaporama : Photos d'Amérique du sud -   

 


Diaporama : Photos d'Amérique du sud -   A mettre en plein écran pour regarder

 

 

  

                                         image0011.gif

 

                                                      19gayon4.gif

 

 

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Marie V - dans Pays du monde
commenter cet article

commentaires

marina 27/03/2012 20:58


j'ai adorée votre article ...sa donne vraiment envie d'y partir ! j'aimerais savoir quelle es la musique en arriére plant je la trouve superbe ....Merci a vous votre article ma transmit un trés
grand rayon de soleil dans ma lecture !

Marie V 28/03/2012 17:40



***Bonjour Marina
***


C’est toujours du
plaisir de recevoir des compliments  Merci Marina  Vous aimeriez savoir le nom de la musique  Et bien Les deux musiques jouent en même temps  celle du Diaporama **El  Pèrez  por  Rumbas** et l’autre les *Mochicas *  * Fiesta mochica* sur le petit lecteur de Deezer  que vous pouvez retrouvez sur
internet


 Bonne  journée


  Amicalement


  Marie